Comment gérer au mieux les difficultés de l’infection streptococcique ?

Cette maladie apparaît suite à une infection streptococcique et elle se manifeste par la propagation d’une toxine érythrogène. Cette dernière entraîne une sorte d’éruption rougeâtre au niveau de la peau. Elle peut dans certains cas être épidémique, mais elle survient dans la plupart des cas de manière sporadique (cas isolés). On constate surtout des complications de la scarlatine lors de la deuxième enfance et aussi à l’âge scolaire des petits. La convalescence est brève et elle est marquée par un amaigrissement de la personne. C’est à cette période que la maladie risque de présenter davantage les complications.

 

Les complications de la scarlatine et son développement spécifique

La maladie de la scarlatine peut se développer en un rhumatisme articulaire aigu, en Glommérulonéphrite Aiguë ou encore en Chorée de Sydenham. Ces complications sont toutefois devenues classiques et on ne les rencontre presque plus. Ceci, notamment depuis l’utilisation des antibiotiques une fois que la présence d’un streptocoque a été détectée. La dernière phase de la scarlatine lui est par contre très particulière. Il s’agit en effet de la desquamation. Ce stade de la maladie a lieu à partir du huitième jour, mais il peut même n’apparaître qu’au trentième jour. Le malaise commence sur le tronc de la personne infectée. Elle se termine ensuite au niveau des extrémités de cette partie du corps. À noter toutefois que les écailles ne sont pas contagieuses.

 

Les évolutions liées à l’infection médicale

Parmi les complications de la scarlatine, on peut citer les angines sévères et prolongées. Leur l’intensité amène souvent à penser que c’est un cas diphtérie, surtout si le malade n’a pas subi une vaccination antidiphtérique. Il y a également les otites moyennes et les streptococciques, c’est-à-dire les septicémies à streptocoque. Des cas de diffusions métastatiques peuvent encore apparaître, outre l’appendicite qui est une complication précoce et classique de la maladie. Ces aggravations sont toutefois sensibles au traitement et elles, de nos jours, on ne les rencontre que très rarement.

comparateur-devis-assurance-mutuelle-novia-sante

 

Les complications secondaires

Les complications graves de la scarlatine peuvent être mortelles en seulement quelques jours. C’est par exemple le cas d’un coma hémorragique accompagné d’un œdème pulmonaire. Ces malaises secondaires surviennent généralement à partir du sixième et sans dépasser le vingtième jour. Ce qui caractérise ces infections, c’est leur pronostic vital qui est immédiatement mis en jeu. Parmi les cas graves de la scarlatine, il y a entre autres la glomérulonéphrite aiguë ou le rhumatisme articulaire aigu (maladie de Bouillaud). En tant que maladies causées par les streptocoques, le traitement de la scarlatine se fait en priorité grâce à la pénicilline ou ses dérivés tels que les céphalosporines  ou l’amoxicilline. Le repos est également obligatoire pour garantir une convalescence rapide, mais le soin ne requiert pas un régime alimentaire particulier. Il est par ailleurs important de surveiller les urines pendant 4 ou 5 semaines. Cela permet de détecter la présence d’albumine et d’éviter ainsi toute complication rénale de glomérulonéphrite. Enfin, sachez que l’éviction scolaire est, selon la loi, obligatoire dans le territoire français. Généralement, cela doit durer quarante jours.

 

D’autres informations à votre disposition :

traitement scarlatine

scarlatine adulte

contagion scarlatine